On a beaucoup aimé :  J’ai joué avec le feu (2022)

Les Chantiers de la Gloire (Fayard 2006), J'ai Joué avec le feu (Solar).

Jean-Jacques Beneix est décédé. Merde. Mais il reste des livres et des films, chic. Dont les siens ou ceux d'ex-footballeurs.

J'ai appris hier, comme tout le monde, le décès de Jean-Jacques Beneix. Je me rappelle mon émotion en salle de cinéma lors de la séance où j'ai découvert Diva et tous les films ensuite de Beneix, ses colères, comme celle qui l'anima lorsque Canal Plus choisit, pour mieux le vendre, de doter l'édition DVD de Diva d'un son stéréo, ce que la B.O du film n'avait pas ( elle était en mono). Si la halte que procure ou provoque la période vous incite à vous saisir d'un livre, emparez-vous des Chantiers de la Gloire, cette autobiographie et ce récit de l'univers du cinéma que le cinéaste de 37.2 Le Matin y dresse ou les aventures de l'amoureux qu'est Jean-François Larios. Ceux qui jouent avec le feu, écrivent parfois, lorsqu'ils se sont assagis sans avoir vraiment changé, des pages qui éclairent. Les paroles les plus signifiantes de Beneix à la fin de sa vie sont peut-être celles qu'il a confiées au magazine Notre Temps : Je demeure en quête d'absolu, prêt au sacrifice, comme tout artiste. Je l'ai fait déjà en investissant tout ce que je possédais dans mon dernier film, Mortel Transfert, qui a connu un destin funeste. Pourtant, j'étais parvenu à le produire avec une liberté totale, j'y avais mis tout ce que j'ai pu apprendre en quarante ans de cinéma, mais tout multiplié par presque zéro, ça fait toujours zéro. La suite ici.

J'ai joué avec le feu, de Jean-François Larios.

La couverture est verte, comme la couleur d’une équipe d’anthologie au sein de laquelle il a sévi et joué, balle au pied (L’AS Saint-Etienne), l’accroche sous le titre suffisamment punchy pour qu’elle atteigne son but, comme un coup franc vite et bien tiré, dès lors que l’arbitre a sifflé : J’ai joué avec le feu. Mais l’ouvrage dont je vais vous parler ce mois-ci est un livre sur l’amour et la vie et le choix assumé que font certains de se brûler plutôt que d’être sage. Tous les grands romans et récits sont, me disait je ne sais plus qui, ceux où l’on voit le héros faire un trajet, partir d’un point A pour arriver à un point B et suffisamment habiles ou émouvants pour que l’identification opère.

On a beaucoup aimé : J’ai joué avec le feu (1)

Ici, le footballeur fantasque et hors classe que fût Jean-François Larios s’efface, ainsi que le football, ses agents magnifiques, et la cohorte d’images et de rêves qu’il charrie.
Ils s’effacent, le foot n’étant en fait que le paysage, la toile de fond d’une combustion qui se déroule et s’opère à la vitesse grand V au profit d’une épopée : celle d’un gamin de Pau, originaire d’une famille de pieds noirs et qui va tout connaitre. Ecrit sans aucune scorie, ce n’est pas un énième livre de joueur célèbre sur le retour et qui sera, par la magie de quelques confessions distillées, invité sur les plateaux. C’est un livre sur l’amour, la fidélité à une certaine vision de l’existence, qui trouve souvent sa source dans l’enfance : tout plutôt que la tiédeur, que le compromis, le renoncement aux rêves, quel qu’en soit le prix. On pensera à la confession d’un autre fou de l’amour, Arthur Rimbaud, lorsque ce dernier racontait la sensation d’être picoté par les blés.
Le poète finira trafiquant d’armes en Ethiopie, mourra après avoir écrit à Marseille une lettre à sa mère autrefois honnie mais dont la vie rapprochera le jeune homme, qui fuyait Charleville. Le deuxième, toujours bien vivant, bien que sa santé ne lui permette plus de gambader, a écrit, avec la complicité et le talent manifeste de son confesseur, Bernard Lions (journaliste à l’Equipe, voir son interview ci-dessous), une confession terrible et gaie à la fois : on finit au volant d’une vieille Clio dont l’un des sièges passagers est défoncé mais qui ne sera pas changé. Lisez le livre, vous comprendrez pourquoi.
Pourquoi certains êtres, qui découvrent assez tôt qu’ils ont quelque chose en plus, s’obstinent-ils à tout goûter, aimer, au point de franchir assez vite le parapet ? En 312 pages, on n’aura pas de réponse. On sait simplement, dès la page 18, que celui qui a joué avec le feu, a aimé, fumé, dépensé à Ibiza, brassé des millions, et “n’est pas encore mort. [Qu’il va] vous parler comme [il a] joué. Avec le cœur.”
Ce n’est pas le énième livre d’un footballeur, c’est un missile hors-sol, vert en couverture, rouge en dedans, et bleu et blanc aussi.
Bleu comme la couleur de certains yeux. Rouge comme les douleurs et les plaies qui se succèdent. Blanc comme les pages qui défilent, la page qui ne l’est un jour plus. Une confession magnifique, comme un ballon qui part des trente mètres et se loge dans la lucarne. Si vous me dites le contraire (après l’avoir lu) je me les coupe !

(Video) Lartiste - Vaï & Viens (Clip Officiel)

Extraits :

Aimer à en crever

Je suis déjà mort trois fois. Ma première mort, c’est une mort d’amour. Elle remonte à mai 1982, quand Yeux Bleus a décidé de rester avec lui. Les gens m’ont reproché d’avoir touché, non pas à une femme mariée, mais à un homme justement intouchable. Ah, parce que vous croyez que je suis le seul footballeur à avoir couché avec la femme de l’un de ses coéquipiers ? Ne me prenez pas pour un mulet. La liste est longue et je la connais. Il n’empêche : aux yeux de tous, je suis subitement devenu le pourri, le salaud de service, le paria du foot français. Tout le monde y est allé de sa petite version mais personne ne connaît la vérité. La vérité, c’est que je l’aimais. Vraiment. Et ça, on ne pourra jamais me l’enlever. Jamais. D’une histoire d’amour, les gens ont fait de la merde. Parce que si tout le monde en a parlé tout bas, personne n’a jamais osé dire tout haut ce qui s’est vraiment passé. Pas moi. Je vais tout vous raconter. Je vais briser ce grand tabou de l’histoire du football français qui m’a détruit. Comme ça, plus personne ne chuchotera dans mon dos, ni ne racontera n’importe quoi.

Je suis mort une deuxième fois, le 4 août 1988, quand une hernie discale a mis fin à ma carrière de joueur. Je n’avais pas encore fêté mes trente-deux ans et j’ai ressenti un vide abyssal. Celui de ne plus pouvoir exercer le plus beau métier du monde. Subitement privé de football, c’est un monde qui s’écroule. Mon monde. Ma vie. Celle que je vivais depuis plus de quinze ans. Je me souviens encore du titre de France Football, en 1980 : « Larios, Roi de France ». Buts, passes, pied droit, pied gauche, j’étais « Magic Larios ». J’étais un play-boy, pas un homme politique. Juste un joueur de football. Mais c’était déjà beaucoup. Cela faisait de moi une star, celle des Verts de Saint-Étienne et des Bleus de l’équipe de France. Pas un joueur en bois. Si vous me dites le contraire, je me les coupe. Parce que le football à mes yeux, c’est plus que de l’amour. C’est une folie.

Chapitre XI
Milliardaire

Je n’ai plus rien à faire dans la vie. C’est quoi, la vie, si tu ne prends plus de plaisir ? Que puis-je espérer de plus ? À vingt ans, j’ai connu la gloire, les femmes et l’argent. J’ai cru en moi et j’ai fait ce que j’ai pu. Je me croyais invincible et immortel. Au fil du temps, la vie m’a montré que j’avais tort. J’ai payé, et je continue à payer pour tout ce que j’ai fait.
J’ai brulé ma vie. C’est vrai. Mais je l’ai vécue intensément. Qui détient le monopole des sentiments, de la raison et de l’intelligence ? Personne en vérité. J’ai eu le plaisir d’avoir vécu une belle existence, sans remords mais avec deux regrets : celui de ne pas en avoir assez profité et celui d’avoir aidé parfois des cons qui ne me l’ont pas rendu. Pas grave. C’est le propre des cons.

A moi. L’histoire d’une de mes folies.

Depuis longtemps, je me vantais de posséder tous les paysages possibles, et trouvais dérisoires les
célébrités de la peinture et de la poésie moderne.

[…]

(Video) UN COCUFIEUR COCUFIÉ - qui joue avec le feu se brûle - Film complet en français

J’inventai la couleur des voyelles ! A noir, E blanc,
I rouge, O bleu, U vert. Ð Je réglai la forme et le mouvement de chaque consonne, et, avec des rythmes instinctifs, je me flattai d’inventer un verbe poétique accessible […]

O saisons, ô châteaux,
Quelle âme est sans défaut ?

J’ai fait la magique étude
Du Bonheur, qu’aucun n’élude.

[…]

Cela s’est passé. Je sais aujourd’hui saluer la beauté.

Alchimie du Verbe, Une saison en Enfer, Arthur Rimbaud

(Video) PLK - Pas Ce Soir ft. Krisy [Clip Officiel]

Par Manuel Jacquinet

On a beaucoup aimé : J’ai joué avec le feu (2)

Bernard Lions – © DR

Rencontre avec le biographe de Jean-François Larios, Bernard Lions.

Manuel Jacquinet : Qu’est-ce qui est difficile et plaisant dans la rédaction d’un ouvrage de ce type ?
Bernard Lions : D’arriver à ce que le héros s’approprie pleinement son ouvrage, alors qu’il ne l’a pas écrit. C’est fondamental à mon sens. Si c’est le cas, c’est gagné. Les (bonnes) critiques littéraires et le succès public passent et viennent éventuellement après. Le plus plaisant, c’est l’aventure humaine, la rencontre à l’issue de laquelle tu parviens à accoucher le héros, à te glisser dans sa peau et à t’approprier sa vie, que tu n’as pas vécue, et à lui faire dire beaucoup plus que ce qu’il comptait te confier. Avec Larios, ça a parfois été frontal, folklorique, émouvant, franc et sincère. Une vraie rencontre d’hommes, en somme.

Comment concilie-t-on ceci avec son métier au quotidien ?
En mettant son métier de côté, au quotidien. J’ai attendu la fin de la saison de football pour aller passer huit jours de «vacances » chez Larios, à Pau. Puis, tout le travail d’écriture et de vérifications des infos, dates, évènements… je l’ai réalisé dans l’été, pendant mes jours de repos ou de vacances (j’en avais pas mal à prendre). Je l’ai complété sur la fin, en travaillant la nuit, après ma journée pour le journal.

On a beaucoup aimé : J’ai joué avec le feu (3)

J’ai joué avec le feu, Solar Editions

(Video) Jireh (Version Française) - Psaume 151 (Maverick City & Elevation Worship)

Le style dans le livre est particulièrement adapté, selon moi, à la personnalité de Jean-François Larios. Cette adéquation a-t-elle été complexe à trouver ?
Finalement non, parce que ce livre est avant tout l’histoire d’une rencontre et d’un coup de cœur, réciproque je pense. Pas une commande d’éditeur. Larios voulait que ce soit moi qui le « confesse » et moi, je ne voulais « confesser» que lui. Dès notre première rencontre, la musique du livre a de suite résonné dans ma tête. Sans doute parce que nous avons tous deux un caractère assez proche. Toute la difficulté, dans l’exercice si particulier de l’écriture d’une autobiographie, réside ensuite dans la capacité de l’auteur à gommer sa plume pour laisser apparaitre le style et le phrasé du héros. Ceci afin que le lecteur puisse avoir le sentiment que le héros s’adresse directement à lui, sans filtre. Cet aspect compte grandement selon moi, en plus du fond, c’est-à-dire de l’aventure humaine que l’on raconte, dans la réussite d’une autobiographie. Ce style littéraire a parfois eu du mal à fonctionner en France, justement parce que l’auteur mettait son style de narrateur au service du héros. Le lecteur se sentait alors trompé. Il ne reconnaissait pas le héros et avait le sentiment de lire une biographie. Pas une autobiographie.

Que penses-tu des outils qui sont proposés aux directions des journaux pour remplacer, automatiser la rédaction de contenus, de vidéos ?
Il est normal de profiter des outils modernes à notre disposition. Mais, s’ils peuvent servir de facilitateurs, c’est un leurre de croire qu’ils vont remplacer la collecte de l’information. Elle passera toujours par une démarche fondée sur l’humain.

Comment s’écrit, selon toi, l’avenir du métier de journaliste sportif, et sous quelles formes demain ?
Les caméras de télévision étant désormais omniprésentes dans les stades, la tentation est grande de limiter le travail du journaliste à un emploi posté, c’est-à-dire depuis un bureau, bien loin de la conception que j’aie du métier de reporter. Ceci afin de limiter les coûts. Mais cela limite d’autant la qualité de l’information, soudain devenue low-cost. Le journaliste n’analyse plus l’information qu’il recueille par lui-même. Il ne traite plus que celle qu’on lui montre, par le prisme d’une image filtrée. L’indispensable part de ressenti, de vécu et de relations humaines qui permettent de vérifier et d’analyser une information disparait. D’où le risque d’une « mal information ». Voire d’une désinformation au service du roi qu’est devenue la communication.

Propos recueillis par Manuel Jacquinet

*Bernard Lions, né en 1970, à Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), est journaliste sportif à L’Equipe.

On a beaucoup aimé : J’ai joué avec le feu (4)

Interview.

Avec le temps, on les tire un peu plus vers soi parce qu'on connaît plus de choses de la vie.. Ils ont fait descendre du camion l'un des deux.. Ces dernières années, vous avez joué des rôles particulièrement marquants, récompensés par deux Césars (pour La tête haute et De son vivant d'Emmanuelle Bercot).. Tous les acteurs que j'admirais, gamin, dans les films des années 30 à 50 avaient déjà un certain âge… En tout cas ils faisaient déjà vieux même s'ils ne l'étaient pas.. Il y a des rôles qu'on ne peut pas faire si on n'est pas assez lourd.. On ne fait pas le yoyo comme j'ai fait à 45 ans pour De son vivant d'Emmanuelle Bercot, dans lequel je joue un homme touché par un cancer incurable à qui il reste peu de temps à vivre.. Je suis toujours mal à l'aise quand je vois des hommes et des femmes nu·es à l'écran.. Me plonger dans une histoire comme ça, je me disais que ça allait être joyeux…

Les deux comédiens et amis sont à nouveau réunis pour «Une belle course », un long-métrage mélancolique et émouvant. Nous avons suivi le tournage à Paris.

La suite après cette publicitéDans «Une belle course», il incarne un chauffeur de taxi qui va véhiculer une nuit durant une vieille dame qui souhaite revoir une dernière fois les lieux emblématiques de sa vie avant d’aller en maison de retraite.. Car les gens acceptent mieux quand ils comprennent les sujets.» La discussion se poursuit, Line parle de son amour pour Dany Boon, de son rapport apaisé à la mort, avec simplicité et franchise.. C’est donc logiquement que Dany fait de nouveau appel à Line Renaud pour le tournage de «Bienvenue chez les ch’tis », qui le sacrera comme le nouveau roi de la comédie à la française avec ses 20millions de spectateurs.. Enfin, quand le projet d’ «Une belle course » prend forme en 2020 (Dany Boon avait refusé une première version du scénario) sous la direction d’un autre ch’ti, Christian Carion (natif lui de Cambrai), c’est tout d’abord en tant que coproducteur qu’il apparaît, avant que le rôle de Charles devienne une évidence face à Line Renaud.. De Christian Carion Avec Line Renaud, Dany Boon… Incroyable Line Renaud dans ce film-testament qu’elle porte de bout en bout, chronique de la vie d’une vieille dame qui revisite les lieux qui ont compté.. Proche de «Miss Daisy et son chauffeur », ce voyage nostalgique dans les drames et les joies d’une vie est plus habile qu’il n’y paraît (les flash-back évitent l’artifice du procédé), amenant finement un drôle de mélange des genres, des thématiques inattendues (les violences conjugales) en jouant des règles du road-movie.

Dix médailles remportées en athlétisme et cinq autres aux épreuves de canoë-kayak de vitesse ont fait passer la récolte de la délégation du Québec à 114, jeudi, aux Jeux du Canada de Niagara.

Dix médailles remportées en athlétisme et cinq autres aux épreuves de canoë-kayak de vitesse ont fait passer la récolte de la délégation du Québec à 114, jeudi, aux Jeux du Canada de Niagara.. La première athlète à y accéder fut Audrey Leduc, de Québec, qui a remporté le 100 m grâce à un chrono 11,55 s, un record des Jeux du Canada.. Canoë-kayak – Le Québec est monté sur le podium dans 34 des 38 épreuves. Au dernier jour des épreuves de canoë-kayak, les Québécois ont poursuivi leur quête d’excellence en ajoutant 5 médailles à leur récolte, pour un cumulatif record dans ce sport pour une même édition des Jeux du Canada de 34 médailles.. Quant à Hallé, il a participé à trois épreuves et il les a toutes gagnées.. La compétition de canoë-kayak des Jeux du Canada a pris fin avec la présentation de quatre épreuves de 5000 m en après-midi et Edgar Désy, de Stoneham-et-Tewkesbury, en a aussi profité pour monter sur le podium une cinquième fois, quand il a pris le deuxième rang de l’épreuve de canoë monoplace.. Une victoire en quatre manches de 25-18, 25-27, 25-21 et 25-19 a propulsé les volleyeurs québécois vers la demi-finale!. Les représentants de la province se sont mesurés aux Britanno-Colombiens, qui ont commis plusieurs erreurs en début de rencontre.. De puissantes attaques réussies par Thomas Boccardi, de Québec, et Christian Lafferty, de Brossard, ont porté un dur coup aux joueurs de la Colombie-Britannique à la fin de la quatrième manche, qui a fini 25-19 en faveur des Québécois.. En début de troisième, la Nouvelle-Écosse est parvenue à ramener la marque à un point d’écart, mais le Québec s’est assuré de retrouver son avance après huit minutes de jeu.

Karim Benzema s'est donc mis dans de beaux draps, ceux de Mathieu Valbuena, avec son intervention dans le "chantage à la sextape" de ce dernier. L'affaire fait immanquablement grand bruit, alimentée par de multiples fuites dont le sens aura d'abord été contradictoire, avant d'accabler – selon l'expression consacrée – l'attaquant du Real Madrid. L'instruction et … <p class="link-more"><a href="https://www.lemonde.fr/blog/latta/2015/12/02/de-quoi-benzema-est-il-le-symptome/" class="more-link">Continuer la lecture<span class="screen-reader-text"> de « De quoi Benzema est-il le symptôme ? »</span></a></p>

Mais en attendant, sur le plan sportif, l’affaire met d’ores et déjà en difficulté l’équipe de France et son sélectionneur, tandis quelle prend dans l’espace public des proportions et une teneur prévisibles : ce qu’elle déchaîne, c’est un opprobre qui n’avait pas attendu du joueur une faute de cette nature, et qui est significative de ce qu’on lui a toujours fait porter.. Il y entre, pour une part, l’envie légitime de ne pas être emmerdé, pour dire cela vulgairement, c’est-à-dire de ne pas être poursuivi pour ce qu’il est, d’être simplement un footballeur qui fait – bien – son travail.. Le violent retour de balancier après la célébration des champions du monde 1998 s’est fait en plusieurs étapes, le point d’orgue ayant été, évidemment, le désastre de Knysna – précédé et suivi de divers psychodrames au moment de l’Euro 2012 et d’autres « affaires » (Zahia, escapade des Espoirs et autres faits-divers).. En réalité, Karim Benzema n’a jamais été vilipendé seulement pour ce qu’il fait, mais pour ce qu’il est – ou plutôt pour ce qu’il représente au yeux de ceux qui le vilipendent, et de qui il est le problème bien avant d’en être un en soi.. Jeune Arabe qui a réussi, footballeur parmi les mieux payés au monde, il refuse les relations de complaisance avec les médias et s’obstine à poser avec morgue devant ses voitures de luxe [3], fort peu soucieux de lisser son image et de donner des gages de civilité (ne serait-ce qu’en marmonnant la Marseillaise).. Certains de ses pairs ont rompu avec les leurs après des expériences cuisantes (Éric Abidal par exemple, dont la voiture et un appartement prêtés à un « ami » avaient servi, à son insu, à un trafic de stupéfiants), d’autres, raconte Grégory Schneider dans Libération , en leur versant une sorte de solde de tout compte.. Mais on pourrait souhaiter qu’il ne soit condamné, publiquement, que pour ces actes-là, et que tous ceux – footballeurs ou non – qui lui ressemblent ne le soient pas avec lui au nom de ce régime d’amalgame et de stigmatisation qui s’est emparé de notre pays .

Videos

1. J'AI JOUÉ AVEC LE FEU...
(Polo)
2. Céline Dion - Pour que tu m'aimes encore (Clip officiel)
(Celine Dion)
3. Frère des Ours - Je m'en vais | Disney
(Disney FR)
4. SenSey' - Avec Moi [ Clip Officiel ]
(SenSey ')
5. Jok'Air - Elles ont trop joué avec mon coeur.
(Jok'Air)
6. ALONZO - TRAFICANTE (Clip Officiel)
(Alonzo)

You might also like

Latest Posts

Article information

Author: Corie Satterfield

Last Updated: 09/02/2022

Views: 5349

Rating: 4.1 / 5 (62 voted)

Reviews: 93% of readers found this page helpful

Author information

Name: Corie Satterfield

Birthday: 1992-08-19

Address: 850 Benjamin Bridge, Dickinsonchester, CO 68572-0542

Phone: +26813599986666

Job: Sales Manager

Hobby: Table tennis, Soapmaking, Flower arranging, amateur radio, Rock climbing, scrapbook, Horseback riding

Introduction: My name is Corie Satterfield, I am a fancy, perfect, spotless, quaint, fantastic, funny, lucky person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.